Contrôle qualité chez Canon, à l’Ouest ?

Canon Image StablizerJe pense pas l’avoir détaillé ici mais après plus d’un an il y a prescription. Je reste fidèle à Canon depuis qu’un certain Pascal s’est amené au bureau avec ses jouets : un grand blanc (comprendre gros téléobjectif de couleur blanche, propre à la la marque Canon) et peu avant un boitier réflex numérique (le 10D à l’époque) qui m’a suivi pendant des années.

Bref, cette fidélité est parfois un peu forcée par le fait que les marques comme Canon fabrique un éco-système qui vous fait sentir bien chez eux et qu’il est parfois pas évident de sortir. Comprendre par là qu’il faut revendre *tout* son matériel ou presque et réapprendre un nouvel éco-système. En bon amateur, cette lourdeur nécessite un certain mécontentement, j’en suis encore très loin.

Je n’ai jamais vraiment eu de casse matériel, et franchement ça a le mérite d’être souligné : le matériel pour peu qu’on y fasse un minimum attention, c’est vraiment du costaud.

Par contre à 12 mois d’intervalle, j’ai eu à faire à des soucis de tolérance. En se modernisant les appareils gonflent le nombre de millions de pixels et par la même occasion le couple boitier-objectif fait de moins en moins la part aux écarts de tolérances, et même à l’intérieur des tolérances, on peut tomber sur l’extrémité et avoir ce qu’on appelle une mauvaise copie d’un objet qui généralement gravite autour des 4 chiffres.

Tolérance, tolérance

Je ne résiste pas à vous faire partager une citation du SAV américain :

With each camera and lens that we produce, in particular, and with most items that involve precise electronic and mechanical parts, in general, there is a a certain amount of tolerance, or variation, that is allowed within specification.

Episode 1 : EOS 7D

Le premier à faire les frais de ce jeu de la tolérance, c’est un boîtier EOS 7D.

Avant réglage par nos experts de chez Vilma Paris, je n’obtenais pas de plan réellement net à grande ouverture (f/2 ou moins) et même en fermant, l’image donnait légèrement (et je pèse mes mots car ce légèrement rendait l’explication pas évidente) « décalée », à l’image d’une mauvaise optique telle les Lens Baby.

Après moult échanges pour savoir si le souci venait pas de l’opérateur, un centre agréé Canon m’a pris le calibrage en charge (sous garantie). Carton rouge à Canon Courbevoie qui malgré leur service impeccable jusqu’à cet épisode m’a réellement pris pour un imbécile.

Episode 2 : télé-zoom 100-400

Fort de notre relocalisation en Californie, je profite honteusement d’un cash back sur cet objectif pour au final m’offrir ce vieillissant, parfois mal aimé, zoom. Il me servira pour capturer la nature américaine.

Au fur et à mesure de mes progrès dans le domaine et aussi à l’occasion d’avoir pu emprunter un Tamron 150-600, je découvre que certaines photos, surtout à 400mm, ne donne pas la netteté qu’on pourrait attendre d’un tel zoom.

Après un premier échange avec le SAV, je tente les micro réglage qui donne une toute nouvelle vie à ce « cailloux ». Sauf que mes photos à courte focale (moins de 150 mm) deviennent complètement hors focus. Un exemple avec cette photo du week-end dernier. On voit pas forcément bien alors je vous ait mis un zoom d’un détail.

Le focus a été fait sur notre homme au premier plan qui profite des rayons du soleil du week-end de Thanksgiving :

Le focus à l'Ouest

D’un peu plus près ça donne ça :

De plus près

Donc voilà, le sable derrière lui est net de chez net et le plan qui aurait du être net est dans les choux. Ca s’appelle un back-focus.

L’ami 007 du forum Chasseur d’Images a l’habitude de témoigner que les micro réglages des boîtiers peuvent raisonnablement s’appliquer que sur des focales fixes et pas sur des zooms, en voici la preuve. Calage fait pour qu’à 400mm ça soit net et à 100 mm paf.

Un gentil email au SAV de Canon et la réponse ne se fût pas attendre avec la démarche détaillée pour envoyer l’objectif en calibration est lancée. Le coli Fedex part demain matin. Affaire à suivre !

Moralité de l’histoire

Si vous avez un doute, n’hésitez pas à partager vos photos avec d’autres photographes qui pourront peut être vous aider. Essayer de mettre à l’épreuve tout nouvel équipement pour vous assurer que dans le pire des cas un aller-retour SAV s’imposera pour calibration. Je témoigne ici de deux mésaventures en plus de 10 ans sur plus d’une vingtaine d’équipements aucune raison de paniquer.

Vous trouverez d’autres témoignages chez d’autres marques, l’essentiel est d’exposer correctement son problème au SAV pour engager la procédure qui peut vous demander de mettre la main au portefeuille, je pense au frais de port aller. Mais à quoi bon garder un équipement dont on ne peut tirer le maximum ?

2 Comments

  1. Pascal

    Argh !!

    Quand je pense que cela fait un bail que j ‘ai pas fait révisé ni mes objectifs ni mon boitier …. mais bon vu qu’il faut que je change de lunettes je suis certain que je ne verrais pas la différence !!

  2. Antoine

    Salut Pascal :-)

    Sur les Full Frame l’exigence descend un peu du fait de la plus faible densité des pixels donc même avec tes lunettes actuelles, tu n’as pas peut être pas de souci! Tout est une histoire de piqué par rapport à cette densité : si le pixel est suffisamment gros pour couvrir les imprécisions de focus ou même de bouger, tout baigne. Si c’est trop fin, boum :-)

    Les appareils compacts sont aussi protégé par le phénomène dans le sens où leur petit capteur et les objectifs devant offrent une plus grand profondeur de champs donc le problème n’existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *